Nous avons opr gratuitement des yeux 10 mille personnes

      

default Nous avons opr gratuitement des yeux 10 mille personnes

   24, 2007 4:06 pm


NADI EL BASSAR
Nous avons opr gratuitement des yeux 10 mille personnes



Il assure depuis 1980 diffrentes activits tant sur le plan national quinternational dans le domaine de lophtalmologie et des sciences de la vision, destin aussi bien aux ophtalmologistes quaux paramdicaux.

Dans son programme de lutte contre la ccit, Nadi El Bassar apporte, entre autres, une aide aux handicaps visuels grce une consultation gratuite et une rducation de basse vision, ainsi que des oprations de la cataracte. Un don de 100 dinars (dductible des impts) peut aider une personne dficiente visuelle retrouver la vue.
Les activits de cette ONG se font aussi bien chez nous que sur notre continent. Pour preuve, la dernire mission de Nadi El Bassar au Cameroun mene par le docteur Hechmi Hendili et une quipe de sept ophtalmologistes et deux techniciens la demande de Nadi Al Bassar dont ils sont membres.
Tunis-Hebdo : Dans quel cadre vous tes-vous rendus au Cameroun ?
Hechmi HENDILI :
Il sagit dune mission mdicale bnvole compose de sept ophtalmologistes : les docteurs Lamia El Fekih, Raja Anane, Jihne Abid, Chrif Rais, Oualid Zebiba, Lotfi Ben Amor et moi-mme et de deux techniciens : Ezzeddine Ahmed et Salem Ayari. Toutes ces personnes sont membres de Nadi Al Bassar, notre ONG. Notre mission consistait soigner des malades atteints de ccit curable lhpital central de Yaound et en particulier ceux qui prsentent une cataracte.
T. H. : Est-ce la premire fois quune quipe de Nadi El Bassar se rend au Cameroun pour des oprations de la cataracte ?
H. H. :
Oui.
T. H. : Pourquoi le Cameroun ?
H. H. :
Il sagit dun pays africain ami. Il y a beaucoup de malades atteints de la cataracte et les autorits de ce pays nous ont demand de les aider.
T. H. : Qui sont les organisateurs de cette campagne ?
H. H. :
Nadi Al Bassar, la Banque Islamique de Dveloppement (BID), lAgence Tunisienne de Coopration Technique (ATCT), le ministre camerounais de la Sant publique, et lAmbassade Tunisienne Yaound
T. H. : Pourquoi le choix sest-il port sur une quipe tunisienne pour ce genre doprations ?
H. H. :
Nadhi Al Bassar sest forg une place et une rputation dans le domaine de la lutte contre la ccit telles quil est reconnu par les instances internationales qui luttent contre la ccit et par lOrganisation Mondiale de la Sant (OMS) et est membre de lAgence Internationale de Prvention de la Ccit (IAPB). Il est compos de membres comptents et srieux qui prennent cur leurs missions. Leur travail et leur abngation ont suscit le respect et ladmiration des responsables de la BID, de lATCT et des autorits des pays o ils ont exerc leur talent. Afin doprer le maximum de malades (jusqu 80 malades par jour) ils travaillent du matin au soir et tous les jours que dure la mission. Il nous est arriv de passer directement de laroport au bloc opratoire et de commencer oprer le jour mme : quand les malades sont dj prpars, soit par nos confrres locaux soit par un de nos membres qui nous a prcd de 2 ou 3 jours. Il y a dautres institutions ou ONG dautres pays qui font des missions similaires, mais jamais nont opr autant de malades que nous.
T. H. : Combien de personnes ont t opres et en combien de jours ?
H. H. :
Malgr une prparation insuffisante des malades par les autorits locales nous en avons opr 281 en 5 jours.
T. H. : On a limpression que cest un peu la chane . Quen est-il ?
H. H. :
Lun dentre nous (ophtalmologiste) participe la slection des malades oprer. Un autre fait lanesthsie locale et les autres oprent en parallle. Ds quun malade est opr tout de suite un autre prend sa place. A midi nous prenons un sandwich tour de rle pour ne pas casser le rythme de notre activit qui se termine en fin de journe (parfois 20 heures) quand il ny a plus de malades oprer ou quand le nombre de malades programm est atteint.
T. H. : En quoi consiste ce genre dopration ?
H. H. :
La cataracte est lopacification du cristallin. Lopration consiste en son extraction aprs une kratotomie et limplantation dune lentille intra-oculaire (cristallin artificiel). Nous pratiquons ce que lon appelle lextraction extra-capsulaire , technique opratoire adapte au type de cataracte que nous rencontrons lors de ces missions. A noter que cette opration est totalement gratuite pour le malade.
T. H. : Comptez-vous y retourner et quand ?
H. H. :
Les autorits sanitaires de Yaound, satisfaites du rsultat de notre mission, nous ont dores et dj demand de revenir. Quand ? Programmer de telles missions demande du temps et une coordination entre tous les partenaires cits plus haut.
T. H. : Vous tes-vous rendus dans dautres pays du continent pour effectuer ce genre doprations ?
H. H. :
Les quipes de Nadi Al Bassar se sont rendues en Afrique du Sud, au Bnin, au Burkina Faso, Djibouti, en Guine, en Libye, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sngal, au Tchad, en Irak et en Palestine.
T. H. : Combien de personnes y avez-vous opr ?
H. H. :
Jusqu ce jour nous avons opr, lors de toutes ces missions temporaires, environ 10 mille personnes. Par ailleurs, Nadi Al Bassar organise aussi des missions de longue dure (quelques mois) au cours desquelles un ophtalmologiste tunisien est dtach plein temps auprs du pays qui en fait la demande.
T. H. : Quels sont vos objectifs ?
H. H. :
Le premier objectif de Nadi Al Bassar est le mme que celui de linitiative Vision 2020 : le droit la vue lance Genve le 16 fvrier 1999 par lOMS, lIAPB et les ministres de la Sant et une large coalition dorganisations internationales non gouvernementales et prives qui est dliminer la ccit vitable dici 2020. La cataracte est lorigine de 50 % des cas de ccit dans le monde soit environ 25 millions dtres humains qui pourraient retrouver la vue si on les aidait. Nous y participons.
Le second objectif est lenseignement : organisation de cours lors de notre congrs annuel, des confrences sont donnes lors des missions en Afrique, et organisation de stages chez nous pour les confrres africains des pays que nous visitons. Le troisime objectif est la rducation de la basse vision au centre de Nadi Al Bassar au Bardo. A noter galement que des campagnes de lutte contre la ccit sont rgulirement organises dans notre pays dans les rgions de lintrieur. A travers ces missions dans les pays africains nous participons ldification dune bonne image de lophtalmologie, de la mdecine et plus gnralement de la comptence tunisienne.


Z.H

http://www.tunishebdo.com.tn/article.php?rid=5&id=29809
avatar



: 94
: 02/05/2007


op: 3

    http://nadialbassar.in-goo.net

    

      

- 

 
: